Promouvoir ensemble une meilleure audition

Dans leur travail quotidien, les professionnels des soins rencontrent souvent des personnes souffrant de pertes auditives; les appareils auditifs font donc partie de leur environnement. A cet égard, on constate parfois une certaine gêne face à cette technologie de pointe. L’entreprise d’appareillage acoustique Neuroth est l’un des partenaires premium d’Aide et soins à domicile Suisse (ASD). Aujourd’hui, elle propose des cours pour une meilleure compréhension du fonctionnement des appareils auditifs à toutes les organisations de base de l’ASD.

Les professionnels des soins touchent ces objets miniatures tout doucement du bout des doigts comme ils toucheraient un papillon blessé. Ces petites choses dans leurs mains sont des appareils auditifs. Dix collaboratrices des services nidwaldiens d’Aide et soins à domicile ont appris lors d’un cours donné en décembre dernier comment entretenir et nettoyer ces petites merveilles technologiques. Les cours sont animés par deux collaboratrices de Neuroth, partenaire premium de l’ASD. La formation offerte à Stans est un projet pilote. D’autres cours seront proposés gratuitement à toutes les personnes intéressées travaillant au sein des organisations locales (voir encadré).

Pile vide qui rebondit

«Il faut savoir qu’il s’agit d’une formation interactive», explique Sandra Käslin, spécialiste des appareils auditifs chez Neuroth depuis cinq ans et responsable des cours, conjointement avec l’assistante commerciale Sarah Rohrer. «N’hésitez donc pas à poser des questions et faites part de vos expériences quotidiennes avec des appareils auditifs.» Sandra Käslin, 31 ans, sait que quand un appareil auditif est en panne, la solution est à portée de main dans 90 % des cas: «C’est très simple: les piles sont à plat», sourit-elle. Pour savoir si une pile est vide, on fait ce qu’on ne devrait jamais faire avec un papillon blessé: on la laisse tomber sur une table. «Si la pile ne bouge pas, elle est chargée. Si elle rebondit, elle est vide.»

Avant de mettre en place une nouvelle pile, il faut enlever la feuille adhésive et laisser reposer la pile pendant au moins trois minutes pour que le liquide contenu dans la pile puisse se lier à l’oxygène. Si après l’activation de l’appareil avec une pile pleine, il n’y a toujours pas de son, il est fort probable que la cause soit à chercher du côté de résidus de cérumen ou de la condensation. «Il suffit alors généralement de nettoyer la sortie sonore avec une lingette», révèle Sandra Käslin. Si c’est le tube qui est obstrué, il faut le détacher de l’appareil et le nettoyer. Cela peut se faire à l’aide d’un chiffon humidifié avec un désinfectant. Sinon, des capsules de nettoyage spéciales ou une poire soufflante feront l’affaire. Mais Sandra Käslin met en garde: «Il ne faut surtout pas introduire de l’eau dans le tube toujours lié à l’appareil.»

Appareils quasi invisibles

Et voilà que l’experte de Neuroth présente aux participantes un large choix d’appareils auditifs. Il est bien loin le temps où les appareils auditifs étaient des cornets acoustiques encombrants. Aujourd’hui, les troubles légers de l’audition peuvent être corrigés par des appareils qui disparaissent complètement dans le conduit auditif. Ces prothèses auditives CIC (pour «Completely In Canal»)
rappellent l’oreillette que portent les agents infiltrés dans les films hollywoodiens.

«Si une prothèse auditive CIC ne fonctionne pas, il faut contrôler les filtres probablement bouchés par des résidus de cérumen. Il suffit alors d’essuyer l’appareil avec une lingette», explique Sandra Käslin en montrant comment le faire. Pour éliminer des dépôts plus tenaces, on peut se servir d’un cure-dents, tout en douceur. Si cela ne résout pas le problème, il vaut mieux se rendre dans un centre auditif. «En cas de doute, vous pouvez toujours nous appeler», souligne Sandra Käslin.

Un réel engouement

L’organisation par Neuroth de ce projet pilote pour une meilleure compréhension des appareils auditifs est le fruit de la rencontre entre deux professionnelles de la santé: un verre à la main lors de l’apéritif organisé après l’inauguration du centre auditif Neuroth dans la capitale nidwaldienne, Sandra Käslin s’est entretenue avec Esther Christen, directrice des soins auprès des services d’ASD du canton. Les deux femmes ont évoqué les craintes de nombreux professionnels des soins à propos de l’utilisation d’appareils auditifs.

Elles se sont mises d’accord pour l’organisation de deux cours en octobre 2018. Elles étaient loin du compte: «80 personnes s’étant inscrites, il fallait organiser quatre cours», raconte Esther Christen. «Je ne m’y attendais pas du tout, mais cela me réjouit!» Les collaboratrices des services d’aide et de soins à domicile ont fait la connaissance du personnel de Neuroth à Stans et savent donc qui contacter en cas de questions dans le domaine de l’audition. «Et les connaissances acquises lors de la formation contribuent au professionnalisme des services nidwaldiens d’Aide et de soins à domicile», ajoute Esther Christen. Elle se félicite également que ses collaboratrices soient maintenant en mesure d’assister leurs clients lors de l’entretien de leurs appareils auditifs. «C’est important, car même si ces appareils sont petits, leur impact positif sur la qualité de vie est d’autant plus grand.»

Selon Guy Schleiniger, directeur de Neuroth Suisse, ces cours de formation démontrent les avantages du partenariat premium entre Neuroth et les services d’aide et de soins à domicile à but non lucratif. «Les deux organisations mettent l’humain au centre de leurs préoccupations», dit-il. «Nos échanges actifs permettront certainement de toucher un public encore plus large et de lui faciliter la vie.» Neuroth souhaite pouvoir former le plus grand nombre possible de collaborateurs des services de l’ASD pour ainsi devenir à long terme le partenaire principal dans le domaine des problèmes d’audition et des appareils auditifs. Les organisations locales souhaitant participer à un cours gratuit pour une meilleure compréhension des appareils auditifs peuvent s’adresser au centre auditif de leur région (voir encadré).

Dépasser les craintes

Plus d’une participante au cours observe avec une légère méfiance comment Sandra Käslin détache les petits tubes des appareils ou utilise un cure-dents pour nettoyer les trous d’évent. Elles se demandent si on arrive vraiment à faire tout cela sans endommager l’appareil. L’experte en acoustique explique qu’il faut bien sûr agir avec prudence. «Mais ces appareils auditifs sont conçus pour durer six à huit ans et être portés pendant huit heures par jour. Ils doivent donc pouvoir supporter de nombreuses manipulations.»

Le sujet Dépasser les craintes concernant les appareils auditifs ne concerne pas uniquement les professionnelles des soins. En surmontant ces craintes, elles peuvent aider leurs clients à vaincre leurs résistances en essayant pour la première fois le port d’un appareil auditif. «Le blocage et la peur sont souvent importants; on ne veut pas admettre une perte auditive, on n’ose pas le dire ni entreprendre quelque chose pour corriger cette situation», explique Sandra Käslin. «Les professionnels des soins peuvent déceler des troubles auditifs, conseiller leurs clients et recommander une visite dans nos centres auditifs. Les tests auditifs, le conseil et l’essai d’un appareil auditif sont gratuits et sans engagement.» Sandra Käslin précise aussi qu’il existe des modèles pour toutes les bourses et que le forfait AVS pour deux appareils se situe autour de 1250 francs. «Tout le monde devrait pouvoir se payer un appareil auditif, car une perte auditive a une influence néfaste sur la qualité de vie. On ne comprend plus son interlocuteur et on évite donc la compagnie des autres. La détérioration de l’ouïe représente également un problème de sécurité: on pourrait par exemple ne plus entendre une voiture qui s’approche.»

Neuroth accompagne chaque nouveau propriétaire d’un appareil auditif pour qu’il se retrouve avec confiance dans le monde de l’audition. Car les premiers jours avec l’appareil auditif sont parfois un vrai défi: il se peut que pendant dix ans, une personne n’ait plus entendu l’eau couler du robinet et le tic-tac d’une horloge. Si tous ces bruits de fond deviennent soudainement audibles, cela peut provoquer un surmenage. «Il faut donc être patient. Le cerveau doit réapprendre à distinguer les sons importants des bruits parasites.»

Satisfaction générale

Pendant le cours, il n’y a pas de bruits parasites, car les participantes sont tout ouïe. On pourrait entendre une mouche voler pendant les explications données par les expertes en acoustiques. Sandra Käslin précise encore que l’appareil avec un repère rouge est prévu pour l’oreille droite et celui avec le repère bleu pour l’oreille gauche. Quelques participantes affichent un large sourire, car voici quelque chose qui leur avait échappé: elles ont essayé en vain de deviner quel appareil convient à quelle oreille.

Parmi les participantes, nous retrouvons Nadja Arnold, 38 ans, infirmière ES travaillant depuis neuf ans au sein des services nidwaldiens d’Aide et soins à domicile. A la fin du cours de 90 minutes, elle dit, contente: «J’ai appris beaucoup de nouvelles choses. J’ai surtout appris que les appareils auditifs ne sont pas aussi fragiles qu’un papillon blessé. J’ai acquis davantage d’assurance dans le maniement des appareils auditifs. Cette formation en valait vraiment la peine!»

Kathrin Morf

 www.neuroth.com

Neuroth: cours de formation et fiche technique

Depuis sa fondation en 1907, la petite entreprise familiale autrichienne Neuroth est devenue un groupe opérant avec succès à l’échelle européenne. Le groupe emploie actuellement environ 1200 collaborateurs et possède 240 filiales dans six pays européens. L’entreprise est partenaire premium d’Aide et soins à domicile Suisse et commercialise principalement les appareils auditifs des marques Phonak et Oticon. Elle offre également d’autres produits acoustiques, par exemple, une protection auditive adaptée à chaque individu et chaque circonstance, qu’il s’agisse de décibels lors de concerts ou le ronflement d’un conjoint.

Les services d’aide et de soins à domicile qui souhaitent participer à un cours pour une meilleure compréhension des appareils auditifs peuvent s’adresser à l’un des 60 centres auditifs Neuroth en Suisse, établis un peu partout, de Genève jusqu’à Landquart. La participation au cours est gratuite, les responsables des services de l’ASD n’ont qu’à faire connaître l’offre en interne. Le centre auditif de votre région se trouve sur https://ch.neuroth.com/fr/sites/.

Dans le cadre des cours, les participants reçoivent divers documents d’information. Une brochure sur le thème «Entretien des appareils auditifs», une liste de commande d’accessoires standard pour appareils auditifs et un formulaire d’inscription pour les visites à domicile effectuées par Neuroth seront bientôt dis­ponibles dans la section de téléchargement de documents dediée aux organi­sations de l'ASD sur www.aide-soins domicile.ch.