Initiative populaire «Pour des soins infirmiers forts»

Dans son message adressé au Parlement, le Conseil fédéral a recommandé de refuser l’initiative populaire fédérale « Pour des soins infirmiers forts » (initiative sur les soins infirmiers) sans proposer de contre-projet. Pour les associations de branche CURAVIVA Suisse, H+, senesuisse, Aide et soins à domicile Suisse et Association Spitex privée Suisse ASPS, c’est incompréhensible. 

Lors du dépôt de l’initiative il y a un an, les associations CURAVIVA Suisse, H+ et Aide et soins à domicile Suisse s’étaient déjà mobilisées dans ce sens. senesuisse et l’ASPS se sont maintenant jointes à elles pour élaborer trois propositions de mise en œuvre.

Contre-projet indirect

Les associations de branche ont défini les principaux champs d’action et formulé trois revendications qui peuvent être mises en œuvre au niveau législatif :

  1. La préoccupation relative à la responsabilisation dans la fourniture de prestations peut être satisfaite par une révision de la loi sur l’assurance-maladie. Ainsi, les compétences des infirmières et infirmiers seront mieux reconnues et mieux exploitées.
  2. Une meilleure rémunération des infirmières et infirmiers est impérativement nécessaire, notamment pour le temps accru consacré aux soins et à la prise en charge de personnes atteintes de démence, de maladies psychiques et dans les soins palliatifs. Actuellement, la pression élevée liée au temps est souvent une cause de stress et de frustration pour le personnel infirmier. La mise en avant de cette revendication est réclamée depuis des années. Pour qu’elle puisse être réglée, il faut un mandat parlementaire clair visant à adapter la loi.
  3. Il faut mieux promouvoir le développement professionnel du personnel infirmier en reconnaissant que les frais attestés de formation initiale et continue font désormais explicitement partie des coûts des soins et en donnant lieu à une rémunération correspondante.

CURAVIVA Suisse, H+, senesuisse, Aide et soins à domicile Suisse et l’ASPS considèrent que ces trois préoccupations doivent donner lieu aux premières mesures à prendre pour que des revendications importantes de l’initiative sur les soins infirmiers puissent s’imposer et être concrétisées rapidement sur le terrain. Il appartient maintenant au Parlement de marquer un tournant constructif après le message décevant du Conseil fédéral et de faire en sorte que les préoccupations légitimes de l’initiative sur les soins infirmiers se fassent ainsi rapidement entendre sur le plan politique.

retour